Géorgie: la «loi sur l'influence étrangère» promulguée, les opposants ne baissent pas les bras

En Géorgie, la loi controversée dite sur les « agents de l’étranger » a été signée ce lundi matin, 3 juin, par le Président du Parlement. Elle est donc désormais pleinement loi. Les ONG du pays ne baissent pas les bras et ont déjà fait savoir, pour certaines, qu'elles ne se plieront pas à la loi.

Avec notre correspondant à Tbilissi, Régis Genté

Le texte dit sur « la transparence de l’influence étrangère » est donc désormais loi ce lundi 3 juin, cinq jours après avoir été adopté au Parlement de Géorgie. Et ce après avoir rencontré de nombreuses résistances. Il a été qualifié de « loi russe » par ses opposants, car très inspiré de la loi adoptée en Russie en 2012, où elle s'est avérée très liberticide. À la base, il consiste à obliger les ONG et médias qui reçoivent plus de 20% de leur budget de l'étranger à se déclarer du titre stigmatisant d’ « organisation poursuivant les intérêts d’un pouvoir étranger ». Ses opposants manifestent depuis deux mois contre ce projet de loi et disent vouloir résister à sa mise en œuvre.

La présidente Salomé Zourabichvili, opposée au texte, a refusé de le promulguer dans les cinq jours qui ont suivi son adoption, comme l’y encourage la Constitution. C’est donc le président du Parlement, Shalva Papuachvili, qui a apposé son paraphe. La loi entrera en vigueur dans 60 jours.


Lire la suite sur RFI