Géorgie: de l'intimidation à l'agression, des opposants à la loi sur «l'influence étrangère» malmenés

Situation toujours très tendue en Géorgie après l’adoption en début de semaine d’une loi censée lutée contre les « influences étrangères ». Depuis plusieurs semaines, l’opposition et les organisations de défense des droits humains dénoncent la répression très brutale de ce mouvement de contestation. Les organisateurs du mouvement et plusieurs figures de l’opposition ont été harcelés. Certains ont même été violemment agressés par des hommes masqués. Daniel Vallot, notre envoyé spécial à Tbilissi, a rencontré l’une des victimes de ces passages à tabac.

Avec notre envoyé spécial à Tbilissi, Daniel Vallot

Gia Japaridze a 50 ans, il est professeur à l’université, ancien diplomate… et le 8 mai dernier, en rentrant chez lui, il est violemment agressé, juste devant son domicile :

« J'ai essayé de me défendre et je suis tombé. Ils m’ont frappé à coups de pieds et de battes de base-ball. Ça a duré une minute, peut-être plus… je ne me souviens plus… »

Gia Japaridze s’est exprimé à plusieurs reprises dans les médias géorgiens pour dénoncer la loi sur les « influences étrangères ». À ce titre, il est devenu l’une des figures de la contestation et c’est pour cette raison, nous dit-il, qu’il a été agressé.

« En me frappant, l’un des agresseurs me disait : " Alors, tu es contre la loi, pourquoi tu es contre la loi ? " Je suis sûr à 300% que c’est le parti au pouvoir qui est derrière ça… »

En moins de dix jours, plusieurs personnalités opposées à la loi ont ainsi été agressées en pleine rue et des dizaines d’autres ont été menacées ou harcelées…


Lire la suite sur RFI