En Géorgie, les députés s'apprêtent à examiner le veto sur la loi sur «l'influence étrangère»

En Géorgie, les députés examinent ce mardi 28 mai le veto apposé par la présidente Salomé Zourabichvili sur la loi dite sur les « agents de l’étranger ». Ils devraient l'outrepasser dans les minutes ou heures qui viennent. Le texte, qualifié de « loi russe » par ses opposants, suscite des manifestations quotidiennes, parfois massives, depuis près de deux mois. Les détracteurs de cette loi craignent qu'elle ne serve de base à la mise en place d’un régime autoritaire et d’un rapprochement géopolitique avec la Russie, alors que plus de 80% des Géorgiens disent vouloir rejoindre l’Union européenne.

De notre correspondant à Tbilissi, Régis Genté

Dès ce mardi 28 mai, alors que les 150 députés de Géorgie commençaient l’examen du veto présidentiel, des milliers de Géorgiens se sont réunis autour du Parlement pour dire « non à la loi russe », pour crier « Roussebo » (« Russes ») ou « monebo », (« esclave»), à leurs députés. Régnait autour de l’édifice un sentiment de voir le pays basculer dans l’autoritarisme et dans l’orbite russe.

À lire aussiGéorgie: manifestation géante contre la «loi russe» le jour de l’indépendance


Lire la suite sur RFI