Génome humain, immunothérapie et autoroutes océaniques : l'actu des sciences en ultrabrèves

·2 min de lecture

Dans cette sélection du 12 février 2021 : l'héritage du séquençage du génome humain 20 ans après, les jeunes poissons se rendent au sein d'autoroutes océaniques pour survivre et l'immunothérapie boostée par la greffe fécale.

L'actualité des sciences du 12 février 2021, c’est :

En santé :

  • Vingt ans plus tard, l'héritage du premier séquençage de génome humain résonne dans le traitement de la pandémie de Covid-19.

  • A l'occasion de la célébration de cet exploit scientifique, la revue Science publie un dossier spécial.

  • Ce dossier met en parallèle les prouesses de l'époque et ses effets sur le monde actuel.

En nature :

  • Où se cachent les minuscules larves de poissons juste après leur éclosion ?

  • En fait, des rivières superficielles de l'océan abritent les larves de poissons et leur permettent de survivre dans leur odyssée depuis leur nurserie jusqu'à leur habitat d'adultes.

  • Cette odyssée invisible des larves marines était demeurée jusque-là une énigme.

En santé :

  • Pour le dire élégamment, la transplantation de microbiote fécal consiste à introduire des selles d’un donneur sain dans le tube digestif d’un patient receveur afin de rééquilibrer sa flore intestinale altérée.

  • Peu engageante de prime abord, cette technique pourrait pourtant permettre à certains patients souffrant de cancer de bénéficier d'un traitement auquel il ne réponde pas sans cette “greffe fécale”.

  • L'immunothérapie, qui consiste à stimuler les cellules du système immunitaire pour leur apprendre à s'attaquer aux tumeurs, a en effet révolutionné le traitement de nombreux cancers.

En espace :

  • L'atterrissage constitue la phase la plus intense de la mission Perseverance qui doit arriver sur la planète Rouge le 18 février.

  • D'autant que la manœuvre se déroule en mode automatique puisque Mars est trop éloignée de la Terre pour qu'elle soit dirigée depuis le centre de commande du JPL.

  • La manœuvre commence au sommet de la ténue atmosphère martienne et s'achève 7 minutes plus tard avec le rover stationnaire sur la surface martienne.

  • Un laps de temps qualifié de "7 minutes de terreur" par la Nasa.

En santé :

  • La théorie selon laquelle le SARS-CoV-2, le virus du Covid-19, serait apparu sur le marché de Wuhan en décembre 2019[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi