Génocide rwandais : ce qu'il faut retenir du rapport qui pointe la "responsabilité indéniable" de la France

franceinfo
·1 min de lecture

"La faillite de la France." Dans un rapport remis vendredi 26 mars au président de la République, des chercheurs français soulignent les "responsabilités lourdes et accablantes" de la France dans le génocide des Tutsis par les Hutus en 1994 au Rwanda. Franceinfo fait le point sur ce qu'il faut retenir du travail de cette commission présidée par l'historien Vincent Duclert.

L'Etat français est resté "aveugle"

Le rapport Duclert avait été commandé par Emmanuel Macron en 2019. Il conclut à "une responsabilité indéniable" de la France dans le génocide rwandais, qui a fait au moins 800 000 morts selon l'ONU. La commission, composée de 14 historiens et historiennes, révèle que la France, impliquée au Rwanda depuis son indépendance de la Belgique en 1962, "est demeurée aveugle face à la préparation" du massacre.

Le document de plus de 1 000 pages, fruit de deux années d'analyse d'archives, vient souligner "la faillite de la France". En cause, le soutien du pays au régime "raciste, corrompu et violent" du président hutu Juvénal Habyarimana, durant la guerre civile qui opposa de 1990 à 1993 le Front patriotique rwandais (FPR) à l'Etat rwandais et mena au génocide des Tutsis d'avril à juillet 1994.

"La France [a rejeté] tout dialogue avec les Tutsis exilés en Ouganda ainsi que toute l'opposition hutu et le Front patriotique rwandais, explique à franceinfo l'historien Vincent Duclert. Et donc sa politique [a ravivé] les tensions inter-ethniques et, d'une certaine manière, [renforcé] (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi