Génocide rwandais : pourquoi Alain Juppé fait son mea culpa

·1 min de lecture

C’était il y a 27 ans. Le génocide des tutsis au Rwanda. Un terrible anniversaire marqué par le mea culpa d’Alain Juppé dans une tribune publié mercredi dans le journal Le Monde. Au moment des faits, Alain Juppé était ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement de cohabitation du président François Mitterrand. Il reconnait qu’à l’époque, les autorités françaises n’avaient pas pris toute la mesure de ce crime contre l’humanité.

"J’ai porté cette blessure de n’avoir pas réussi à empêcher cette terreur"

"Nous n’avions pas compris qu’un génocide ne pouvait pas supporter les demi-mesures", écrit Alain Juppé dans le quotidien Le Monde. C’est à la lecture d’un rapport qu’il a eu une prise de conscience sur l’ampleur de la situation. Un document réalisé par quatorze historiens et remis au président de la République le mois dernier.

>> Retrouvez tous les journaux de la rédaction d'Europe 1 en replay et en podcast ici

Les mots sont durs. "Pendant près de trente ans, j’ai porté cette blessure de n’avoir pas réussi à empêcher cette terreur", confie l’ancien ministre. Il rappelle cependant que "sur le terrain, nos soldats ont compris plus vite que beaucoup de politiques qu’il y avait d’un côté les tueurs, les hutus extrémistes, et de l’autre des survivants, les derniers tutsis qu’il fallait protéger coûte que coûte".

"Il n’y avait pas d’ambiguïté", selon un ancien général

Une affirmation confirmée par le général Jean-Claude Lafourcade. Il était commandant lors de l’opération...


Lire la suite sur Europe1