« Génocide » des Rohingyas : la Cour internationale de Justice se déclare compétente

L’affaire devant la Cour internationale de Justice opposant la Gambie à la Birmanie entre dans une nouvelle étape. Les juges ont confirmé ce vendredi leur compétence pour entendre le fond du dossier. Banjul accuse la junte militaire de génocide contre la minorité musulmane des Rohingyas.

Avec notre correspondante à La Haye, Stéphanie Maupas

Depuis le début de cette affaire portée devant cette Haute Cour de l’ONU en novembre 2019, les autorités birmanes contestent la compétence de la Cour. Les juges ont donc tranché et ils ont rejeté la totalité des arguments de la Birmanie par 15 voix contre une. Seule la juge chinoise Hanqin Xue a estimé que la Gambie n’était pas habilitée pour plaider cette affaire devant la Cour.

Elle a considéré, comme l’avait assuré la Birmanie lors des plaidoiries en février dernier, que la Gambie ne souffrait pas du conflit opposant le régime militaire aux Rohingyas. Pour la Birmanie, l’État gambien n’aurait aucun intérêt dans cette affaire et la plainte devrait ainsi être rejetée.

Faux, ont donc répondu les juges à la majorité. Les États ont « un intérêt commun à ce que le génocide soit prévenu, réprimé et puni. » Ils ajoutent en outre qu’un État n’est pas tenu de prouver que les victimes d’un génocide sont ses propres ressortissants.

La Cour va désormais pouvoir aborder le fond de l’affaire : le génocide contre la communauté rohingya dont serait responsable le pouvoir birman. La procédure qui pourrait prendre encore des mois, voire des années.

Lire la suite

VIDÉO - Les Etats-Unis vont qualifier les violences de l'armée birmane envers les Rohingyas de "génocide"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles