Génocide en Namibie : l’offre de réparation de l’Allemagne fait débat

·1 min de lecture
Mémorial du génocide, à Windhoek, en Namibie. 
Mémorial du génocide, à Windhoek, en Namibie.

La récente « déclaration commune » des gouvernements namibien et allemand sur le génocide de 1904-1908 marque la première fois qu'une ancienne puissance coloniale présente officiellement des excuses à un autre pays pour des crimes de masse commandités par l'État. L'accord stipule que l'Allemagne versera 1,1 milliard d'euros pour des projets de développement en Namibie au cours des trente prochaines années. Certains experts considèrent cet accord comme un modèle potentiel pour les efforts de réconciliation postcoloniale qui pourraient être entrepris par d'autres anciennes colonies et puissances coloniales.

Toutefois, le compromis négocié présente des lacunes flagrantes du fait de sa prudence excessive visant à éviter toute conséquence juridique pour l'Allemagne qui pourrait créer un précédent. Il montre également que la participation limitée des représentants des communautés namibiennes les plus touchées par le génocide entrave une véritable réconciliation.

Mais les accords bilatéraux entre gouvernements ? comme celui-ci ? ne suffisent pas pour considérer qu'une véritable décolonisation des relations entre les peuples a eu lieu.

À LIRE AUSSIGénocide ? Anouar Benmalek : « La Shoah a commencé en Namibie »

Une longue négociation

L'accord est le résultat de longues négociations entre l'Allemagne et la Namibie. Il s'appuie sur des déclarations antérieures, comme le discours prononcé en 2004 par la ministre allemande de la Coopération économique, Heidemarie Wieczorek [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles