Génocide au Rwanda : une historienne controversée se retire de la commission sur le rôle de la France

franceinfo avec AFP
·1 min de lecture

Au sein de la communauté scientifique, on n'hésitait pas à parler de "l'affaire Julie d'Andurain". L'historienne militaire française, membre de la commission chargée de faire la lumière sur le rôle de la France au Rwanda lors du génocide de 1994, est accusée de parti pris. La commission a annoncé samedi 14 novembre dans un bref communiqué qu'elle avait "pris acte" de "la décision" de l'universitaire de "se mettre en retrait" des travaux.

"Erreurs", "parti pris", voire "négationnisme"

D'après le communiqué, cette décision a été prise le 25 août, mais n'a été rendue publique que près de trois mois plus tard. L'annonce survient après la parution fin octobre d'un article du Canard enchaîné qui a déclenché la polémique. L'hebdomadaire a exhumé un texte de l'historienne sur l'opération Turquoise lancée par la France au Rwanda de juin à août 1994. La professeure y estimait notamment que "l'histoire rendrait raison" au bilan de cette opération controversée.

Après la publication de l'article du Canard enchaîné, plusieurs chercheurs et universitaires avaient dénoncé les "erreurs", le "parti pris", voire le "négationnisme" du texte de Julie d'Andurain. Ils avaient estimé qu'il discréditait le travail de la commission.

Le rapport attendu début avril

"Cette mise en retrait volontaire (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi