Génocide au Rwanda : un ex-préfet rwandais condamné en France à 20 ans de prison pour complicité

Au terme de près de onze heures de délibéré, l'ancien préfet rwandais Laurent Bucyibaruta a été condamné, mardi, par la cour d'assises de Paris, à 20 ans de réclusion criminelle pour complicité de génocide. L'homme de 78 ans a été acquitté en tant qu'auteur de génocide.

Nouvelle condamnation en France. Un ancien préfet rwandais, Laurent Bucyibaruta, a été condamné mardi 12 juillet par la cour d'assises de Paris à 20 ans de réclusion criminelle pour complicité de génocide, plus de 28 ans après l'extermination des Tutsi au Rwanda.

L'ancien haut fonctionnaire, âgé de 78 ans, a été acquitté en tant qu'auteur de génocide mais reconnu coupable en tant que complice de génocide et de crimes contre l'humanité pour quatre massacres, au terme de près de onze heures de délibéré.

Laurent Bucyibaruta, qui comparaissait libre sous contrôle judiciaire depuis le 9 mai, passera la nuit en prison. Il a été escorté par des gendarmes peu après l'énoncé du verdict.

>> À lire aussi : "Un Franco-Rwandais condamné à 14 ans de réclusion pour complicité"

L'accusation avait réclamé à son encontre la réclusion criminelle à perpétuité, le considérant complice d'un massacre de Tutsi et auteur de quatre autres dans sa préfecture de Gikongoro.

Cette région du sud du Rwanda a été l'une des plus touchées par le génocide qui a fait au moins 800 000 morts dans le pays entre avril et juillet 1994, selon l'ONU.

La cour a totalement acquitté Laurent Bucyibaruta des accusations de génocide et de crimes contre l'humanité commis à la paroisse de Kibeho le 14 avril 1994, ainsi que celles concernant les exécutions de prisonniers tutsis à la prison de Gikongoro.

Dix jours pour faire appel

Elle l'a reconnu complice de génocide et de crimes contre l'humanité pour les massacres de l'école en construction de Murambi et des paroisses de Cyanika et Kaduha, tous commis le 21 avril 1994.

Laurent Bucyibaruta est également condamné pour complicité de ces crimes pour les exécutions d'élèves à l'école Marie Merci de Kibeho, et celles commises lors de rondes et à des barrières.

Sa défense avait plaidé l'acquittement. Dans ses derniers mots à la cour avant qu'elle ne se retire pour délibérer, Laurent Bucyibaruta avait martelé n'avoir "jamais été dans le camp des tueurs".

Il était le plus haut responsable rwandais jamais jugé en France pour des crimes liés au génocide des Tutsi, après les condamnations définitives d'un officier militaire et de deux bourgmestres, et la condamnation en première instance d'un chauffeur qui a fait appel.

Laurent Bucyibaruta a lui-même dix jours pour faire appel de sa condamnation.

Avec AFP

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles