Génocide au Rwanda : "On défend l'indéfendable quand il y a encore des choses à défendre"