Génocide au Rwanda : 27 ans après, la vérité éclate sur le rôle de la France

·1 min de lecture

Vingt-sept ans après le génocide des Tutsis au Rwanda, commémoré ce mercredi, le président rwandais Paul Kagamé a salué le rapport commandé à des historiens par Emmanuel Macron. Si ce rapport écarte la complicité de la France dans ce génocide, il reconnaît des "responsabilités lourdes et accablantes". Une étape importante dans la normalisation des relations entre Paris et Kigali.

>> Retrouvez Votre grand journal du soir en replay et en podcast ici

Près d'un million de victimes assassinées en trois mois

Le 7 avril 1994, il y a 27 ans jour pour jour, le début des massacres de masse commençait au Rwanda. Il s’agit du dernier génocide du 20e siècle. Au petit matin, des miliciens extrémistes hutus déclenchaient cette tentative d'éradication génocidaire. Près d'un million de victimes tutsis ont été assassinées en à peine trois mois, souvent à la machette, ce qui pouvait laisser croire à une irruption de violence spontanée après l'assassinat du président Juvénal Habyarimana, dont l'avion avait été abattu la veille. Mais cette explication n'était pas du tout la bonne.

>> LIRE AUSSIGénocide au Rwanda : "On réinstalle la vérité" sur la responsabilité de la France

Le gouvernement rwandais était alors soutenu sans réserve par la France

Ce génocide a bien été réalisé avec des moyens primitifs, mais son organisation a en revanche été longuement mûrie et planifiée par les franges les plus radicales du gouvernement rwandais, alors qu'il était soutenu sans réserve par la France....


Lire la suite sur Europe1