"Généreux", "artiste libre", "conscience de la gauche" : les hommages se multiplient après la mort de Guy Bedos

franceinfo

C'est son fils, Nicolas, qui a annoncé sa mort, jeudi 28 mai, sur Instagram. Guy Bedos était âgé de 85 ans. L'humoriste, acteur et artiste de music-hall était "un maître dans notre métier", estime son ami Michel Boujenah. "Il va rester dans nos mémoires et dans notre culture comme un exemple d'esprit, d'artiste libre", a également réagi sur franceinfo Anny Duperey. Sa partenaire à l'écran, dans Un éléphant ça trompe énormément (1976) d'Yves Robert, n'arrive pas à le dissocier dans sa tristesse de Jean Rochefort et de Jean-Pierre Marielle.


C'était à la fois des grands professionnels et des grands enfants, et surtout des esprits libre.

Anny Duperey

à franceinfo

Anny Duperey se souvient de "quelqu'un d'une grande tendresse" faisant preuve "d'attention", et d'"un partenaire absolument délicieux". Anny Duperey souligne aussi que Guy Bedos "n'hésitait pas à critiquer et à avoir un œil acéré, même sur ses propres amis. Il avait toujours ce regard acéré pour voir les torts ou les choses qu'il pouvait discerner et dénoncer".


L'inventeur des "revues de presse"

Un regard acéré qu'il avait également sur la politique. "Son engagement était violent, fort, il avait de la rage qui lui permettait d'avoir ce courage et cette provocation, mais il était (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi