« Génération sacrifiée » : en Afghanistan, les filles défient les talibans dans les écoles clandestines

© Kostas7 / iStock

Des centaines de milliers de filles et de jeunes femmes afghanes sont privées de toute possibilité de suivre une scolarité depuis le retour au pouvoir des talibans à Kaboul il y a un an.

Nafeesa a trouvé l'endroit idéal pour cacher ses manuels scolaires : dans la cuisine, où les hommes s'aventurent rarement, et à l'abri du regard désapprobateur de son frère taliban. « Les garçons n'ont rien à faire dans la cuisine, alors j'y range mes livres », explique Nafeesa, 20 ans, qui fréquente une école clandestine dans un village rural de l'est de l'Afghanistan. « Si mon frère l'apprenait, il me battrait », lance-t-elle.

Lire aussi >> Avoir 20 ans en Afghanistan : les horizons perdus

Des écoles clandestines dans des maisons

Depuis leur retour au pouvoir il y un an, les fondamentalistes islamistes ont imposé de sévères restrictions aux filles et aux femmes afin de les soumettre à leur conception intégriste de l'islam. Mais la privation sans doute la plus brutale a été la fermeture en mars des écoles secondaires pour filles dans de nombreuses régions, juste après leur réouverture pourtant annoncée de longue date. En dépit des risques et parce que la soif d'apprendre reste intacte, des écoles clandestines ont rapidement vu le jour à travers tout le pays, souvent dans les pièces de maisons privées ordinaires.

A 20 ans, Nafeesa étudie encore les matières du secondaire, mais le système éducatif afghan a été bouleversé par des décennies de guerre dans le pays. Seules sa mère et sa sœur aînée savent qu'elle suit des cours. Pas son frère, qui a combattu dans les montagnes pendant des années avec les talibans contre l'ancien...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi