Génération Instagram : la beauté sous influence

“Les réseaux sociaux, pour moi, ont engendré ma demande de m’injecter les lèvres.” S. Pusch

Depuis 2019, les 18-34 ans sont davantage adeptes de la chirurgie esthétique que leurs aînés de 50-60 ans (Le Monde). La multiplication des comptes d’influenceuses sur les réseaux sociaux a renforcé un culte de l’image déjà très présent, encourageant ainsi les jeunes filles à recourir à la chirurgie et médecine esthétiques pour atteindre les standards de beauté « Instagram ». Les nouvelles stars des réseaux sociaux sont pour certaines, adeptes de ces pratiques. Considérées comme des modèles, ces influenceuses font souvent l’objet de critiques quant à leur recours à la chirurgie esthétique jugé excessif, mais aussi pour l’incitation que cela peut représenter pour les jeunes filles. Le risque des réseaux sociaux est qu’enfants, adolescents et adultes évoluent dans un univers biaisé où les mensurations de la silhouette, mais aussi du visage sont souvent moins réelles qu’artificielles.

L’effet du confinement aurait-il aussi renforcé cette tendance ? Pour la journaliste Valérie Tribes, la recherche de la beauté parfaite a toujours existé « mais maintenant, il y a une omniprésence de l’image. Et pendant le confinement il y a eu un boom de la chirurgie esthétique, car les gens se sont découverts face à la caméra ».

« Aujourd’hui, on commence à faire du botox à 25-27 ans : on me demande déjà en préventif de faire des injections d’acide hyaluronique, de botox. »

Depuis quelque temps, on observe un boom de la médecine esthétique chez les jeunes, différente de la chirurgie esthétique puisque ces soins médicaux n’impliquent pas d’opérations lourdes. L’acide hyaluronique, produit phare du secteur prisé par les jeunes, peut être utilisé comme anti-âge, mais aussi pour augmenter le volume des lèvres et des fesses. Autre tendance chez les moins de 30 ans : le baby botox. Comme l’acide hyaluronique, le produit est censé jouer un rôle préventif contre le vieillissement de la peau.

Le Dr. Elisa Pecorelli , chirurgienne plasticienne, a vu l’âge de (...) Lire la suite sur Public Sénat

Le Sénat adopte à la quasi-unanimité l’objectif de 20% de bio dans les cantines

Recours aux cabinets de conseil : le gouvernement « assume » et tente de déminer

LR : prié de quitter la présidence du groupe, Damien Abad répond

Parité aux législatives : après la déception de 2017, les partis feront-ils mieux en 2022 ?

Prochain gouvernement : « Il y a une stratégie du président élu qui est de faire durer les choses », analyse Gérard Longuet

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles