La "génération Greta Thunberg" sera ingénieure

Antoine Beau

De plus en plus de jeunes filles rejoignent les filières scientifiques, jusqu’ici majoritairement masculines, convaincues que c’est la meilleure manière d’agir pour l’environnement. Et si l’écologie était le meilleur allié de la parité dans les métiers de l’ingénierie et de la tech ?

Gare au gaspillage d'énergie. En alternance chez Vinci, Lucie, 23 ans, étudiante en école d'ingénieur, passe ses journées à concevoir, tester et vérifier l'isolation des logements en construction. Lucie n'a pas hésité à s'engager dans cette voie, pourtant très peu féminisée - seul un ingénieur sur cinq est une femme. "Faire autre chose me semblait impensable, résume la jeune femme. Devenir ingénieur me permettait de conjuguer convictions écologiques et avenir professionnel."

À lire aussi" Malaise au travail : la jeune génération verte s'engage

Son cas n'est pas isolé. Le phénomène Greta Thunberg et les grèves pour le climat ont montré combien les jeunes souhaitent s'engager pour la préservation de la planète. Et dans ce combat, les filles sont en première ligne. On parle même d'un eco-gender gap : selon une étude réalisée par Mintel au Royaume-Unis, 71 % des femmes essayent d'adopter un mode de vie plus responsable, contre 59 % des hommes (1). Les stéréotypes sont encore tenaces, mais les métiers scientifiques à fort impact dans la lutte contre le changement climatique pourraient bien attirer toute une nouvelle génération de jeunes filles. Dans les secteurs directement liés à l'environnement, les femmes ont déjà gagné le combat de la parité.

Lucie n'accorde pas vraiment d'importance au nombre de femmes dans son cursus. Elle est concentrée sur son objectif : "Je rêve d'inventer des maisons qui ne consomment aucune énergie", déclare la jeune femme, bien décidée à changer le monde. Elle a choisi de faire un master dans le génie de la construction durable pour (...) Lire la suite sur Figaro.fr

Exode urbain, circuits courts... Comment les Français remettent la nature au cœur de leur vie
Ces chercheuses au cœur de la lutte contre le coronavirus
Kate Marvel, la super scientifique au secours du climat
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro Madame