Le géant des médias Bertelsmann-RTL renonce à vendre le groupe M6

Wikimedia

Le groupe Bertelsmann cherchait à vendre sa participation majoritaire au capital de M6 (détenteur des chaînes M6, W9, 6ter, Gulli et Paris Première et des radios RTL, RTL2 et Fun Radio) après l'échec de la fusion avec TF1, abandonnée à cause des réticences de l'Autorité de la concurrence. Son dirigeant Thomas Rabe a expliqué lundi ce revirement par "les risques légaux et les incertitudes" liés à l'autorisation de la vente de la part des différentes autorités de régulations et de la concurrence.

L'autorisation de diffusion de M6 sur la TNT doit être renouvelée en mai 2023 par le régulateur de l'audiovisuel, l'Arcom, après quoi tout changement de contrôle de la fréquence sera impossible pendant cinq ans, comme le prévoit la loi. "Le calendrier est plus qu'ultra serré", avait déclaré mercredi dernier son président Roch-Olivier Maistre, auditionné par la commission de la Culture du Sénat, à laquelle le président de l'Autorité de la concurrence, Benoît Coeuré, avait tenu le même discours mardi dernier.

Deux offres de rachat étaient toutefois sur les rangs, selon plusieurs sources. La première, qui valorisait la participation de Bertelsmann dans M6 autour de 1,2 milliard d'euros, provenait de FL Entertainment, groupe coté de production audiovisuelle et de paris sportifs contrôlé par le Français Stéphane Courbit, associé notamment pour l'occasion à Rodolphe Saadé, le patron du géant du transport maritime CMA-CGM.

La seconde proposition était signée du milliardaire Xavier Niel (groupe (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Martin Bouygues, François Pinault.. ces outsiders qui ont réussi à bâtir un empire sans se laisser distraire
Engie se prépare à la sobriété dans ses bâtiments cet hiver
Le Royaume-Uni inquiète, la livre Sterling peut-elle tomber à un euro ? Le conseil Bourse
Technip Energies décroche un "grand contrat" pour un craqueur d'éthane à Anvers
CAC 40 : la Bourse attendue dans le rouge, l'inflation est à deux chiffres