Le géant chinois des cryptomonnaies Binance autorisé en France

Le géant chinois des cryptomonnaies a obtenu son enregistrement de l'Autorité des marchés financiers (AMF) le 4 mai. Binance est l’une des plus grandes plates-formes d'échanges de cryptomonnaies. C'est un pas de plus pour son développement à l'international, et notamment en Europe.

Ce sésame de l'AMF est une porte d'entrée en Europe que Binance ne voulait pas manquer. Selon David Prinçay, le directeur de l'antenne française, cette autorisation prouve le « sérieux et le désir de l'entreprise de rentrer en conformité avec les régulateurs internationaux ».

Car l'entreprise, considérée comme la plus grande plate-forme d'échange de cryptomonnaies au monde avec ses 90 millions de clients, souffre d'un manque de légitimité. Elle est, en effet, dans le viseur des régulateurs américain et britannique, critiquée pour son manque de moyens mis dans la lutte contre le blanchiment d'argent.

► À écouter aussi : Cryptomonnaies et monnaies numériques: les États reprennent la main

Concurrencer la société française Coinhouse

Cette autorisation de l'AMF contraindra Binance à se conformer à la règlementation française. Mais elle est enregistrée en tant que prestataire de services sur des actifs numériques. Cela lui ouvre la possibilité de déployer des opérations marketing et commerciales sur le sol français.

Les ambitions de Binance en France : créer un écosystème autour des cryptomonnaies, mais aussi concurrencer chez elle la société française Coinhouse qui se voit déjà comme la future cryptobanque européenne de référence.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles