Le géant britannique Intu, propriétaire de centres commerciaux, emporté par la pandémie

Le géant britannique Intu, propriétaire de nombreux grands centres commerciaux dans le pays, vient de déposer le bilan ce vendredi. Le groupe, déjà en difficulté, a vu ses problèmes financiers aggravés par la crise du Covid-19 et devient une nouvelle victime de l’épidémie.

De notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

Le groupe Intu possède les centres commerciaux géants de Trafford, dans la région de Manchester, et celui de Lakeside dans le sud-est, parmi les plus fréquentés du pays. Au total il est propriétaire de 20 structures dont 17 au Royaume-Uni et 3 en Espagne. Le groupe emploie 2 500 personnes mais en fait vivre plus de 100 000 si l’on tient compte des salariés travaillant dans les magasins de ces centres commerciaux et 30 000 de plus dans la chaîne d’approvisionnement.

Intu se trouve aujourd’hui à court d’argent car de nombreux commerces n’arrivent plus à payer leurs loyers depuis que l’épidémie a obligé les centres commerciaux à fermer leurs portes durant de longues semaines, contrairement aux magasins essentiels. Mais les problèmes financiers d’Intu ne sont pas nouveaux et le groupe avait contracté bien avant la crise sanitaire une énorme dette, qui atteint désormais près de 5 milliards d’euros.

L’impact du coronavirus a accéléré sa chute mais le groupe paie le prix de la montée en flèche des ventes en ligne et aussi de mauvaises décisions stratégiques, selon certains experts. Faute de pouvoir s’entendre avec ses créanciers sur un aménagement de sa dette, Intu se retrouve donc en faillite et sa chute brutale ne va pas manquer d’alarmer le gouvernement et bien d’autres secteurs d’activité, comme l’aérien et le tourisme, eux aussi touchés de plein fouet par la pandémie avec des vagues de suppressions d’emplois.