Le géant brésilien Petrobras va «accélérer» l'exploration de nouvelles réserves de pétrole

La nouvelle présidente de Petrobras, la compagnie nationale pétrolière brésilienne, Magda Chambriard, veut lancer de nouvelles explorations, y compris dans le bassin de l’Amazonie. Son objectif : constituer de nouvelles réserves pétrolières. Un projet décrié par les défenseurs de l'environnement.

Plusieurs zones seraient concernées par ces forages : le bassin de Pelotas, dans le sud du Brésil. Mais également une région connue sous le nom de « marge équatoriale », une bande côtière au large de l’État d’Amapa, au niveau de l'embouchure de l'Amazone.

Pour la nouvelle présidente de Petrobras, il y a urgence, car les réserves des gisements en eaux très profondes devraient commencer à décliner à partir de 2030. Et il est hors de question, pour le Brésil, d’importer du pétrole.

Ce projet divise le gouvernement, qui détient plus de la moitié du capital de Petrobras. Le ministre de l’Énergie y est favorable, mais le ministre de l’Environnement y est opposé, ainsi que l’Institut de contrôle environnemental, l’Ibama. Cet institut a déjà rejeté une demande d’autorisation d’exploration de pétrole dans la région, en raison des risques pour la faune et la flore marine.

Il reviendra donc au président Lula de trancher. Un sujet sensible pour ce dernier, qui se présente comme un défenseur de l'Amazonie et qui, dans le même temps, souhaite augmenter la production de pétrole.

À lire aussiBrésil: le président de Petrobras limogé par la présidence


Lire la suite sur RFI