"Quel gâchis", "mon choix est fait": les réactions des anciens candidats au débat Macron-Le Pen

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Emmanuel Macron et Marine Le Pen lors du débat de l'entre-deux-tours ce mercredi. - BFMTV
Emmanuel Macron et Marine Le Pen lors du débat de l'entre-deux-tours ce mercredi. - BFMTV

876450610001_6304553069001

Des millions de Français ont regardé le débat de l'entre-deux-tours entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Parmi eux, de nombreux responsables politiques et anciens candidats à la présidence de la République. Dont Jean-Luc Mélenchon, arrivé en troisième position lors du premier tour début avril. "Quel gâchis", tweete-t-il, affirmant que "le pays méritait mieux."

L'insoumis, qui a appelé ses partisans à ne pas "donner une seule voix à Madame Le Pen", attend désormais "le troisième tour" de la présidentielle: les élections législatives. Jean-Luc Mélenchon entend en effet devenir Premier ministre en remportant une majorité de sièges à l'Assemblée nationale en juin.

"À 400.000 voix près, on aurait moins baillé. On vient de perdre trois heures. Ne perdons pas cinq ans", renchérit son fidèle lieutenant Adrien Quatennens.

Macron, "un coq agité" pour Dupont-Aignan

Du côté des soutiens de Marine Le Pen, l'ancien candidat à l'élection présidentielle Nicolas Dupont-Aignan a commenté le débat en direct sur son compte Twitter.

Critiquant "l'arrogance" d'Emmanuel Macron, le qualifiant "d'enfant mal élevé" et de "petit coq agité", il appelle de nouveau à voter pour la candidate du Rassemblement national ce dimanche. "Mon choix est fait", assure-t-il.

"L'un et l'autre nous racontent des cracks"

"L'un et l'autre nous racontent des cracks", lance de son côté la trotskiste Nathalie Arthaud. Celle qui portait les couleurs de Lutte ouvrière lors du premier tour de l'élection présidentielle critique Emmanuel Macron et Marine Le Pen sur la question de l'augmentation des salaires.

"Macron fait remarquer à Le Pen que l'augmentation de salaire qu'elle promet ne dépend pas d'elle mais du patron. Le Pen fait remarquer à Macron que ce sera pareil avec sa promesse de prime", critique-t-elle.

La communiste estime également que le président-candidat est "pyromane" sur le sujet des déserts médicaux. "Il déplore les déserts médicaux la semaine même où des services de soins ferment (maternité de Nevers), immunologie de Saint-Louis menacé... l’aspirant pompier est un pyromane!", écrit Nathalie Arthaud.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles