Les futurs pères devraient arrêter l'alcool six mois avant la conception de leur enfant

Éléonore Solé, Rédactrice scientifique
1 / 2

Les futurs pères devraient arrêter l'alcool six mois avant la conception de leur enfant

Jusqu’à présent, seules les mères se résignaient aux bières sans alcool. Mais désormais, les futurs pères devront aussi découvrir ce breuvage, et ce durant les six mois précédant la conception de leur enfant. En effet, une étude publiée dans le European Journal of Preventive Cardiology montre que la consommation d’alcool des futurs parents augmente le risque de maladies cardiaques congénitales pour l’enfant. Si le futur père boit pendant les trois mois avant la conception, ce risque bondit de 44 %, tandis qu’il s’élève de 16 % si c’est la future mère qui boit.

Ces résultats découlent d’une méta-analyse des données publiées entre 1991 et 2019, soit un total de 55 études passées en revue. C’est la première méta-analyse à examiner les conséquences de l’alcool ingéré par le père, les études précédentes s’étant concentrées sur la mère. Un des auteurs, le Dr Jiabi Qin de la Xiangya School of Public Health (Chine), explique que « le risque de maladies cardiaques congénitales augmente graduellement à mesure que la consommation d’alcool des parents augmente ». Il ajoute également que « bien que notre analyse comporte des limitations, elle indique que les hommes et les femmes qui planifient une famille devraient abandonner l’alcool ». Pour les hommes, ce serait six mois avant la conception. Et jusqu'à un an avant pour les femmes.

> Lire la suite sur Futura