Fusion PSA-Fiat : "La rentabilité va se faire sur le dos des salariés", estime un délégué CGT chez PSA

franceinfo
·1 min de lecture

"On est convaincus que la rentabilité, l'objectif de nos actionnaires, va se faire sur le dos des salariés en termes d'attaques sur l'emploi, d'attaques sur le pouvoir d'achat, mais aussi d'attaques sur nos droits collectifs", a réagi lundi 4 janvier sur franceinfo Jean-Pierre Mercier, délégué syndical CGT chez PSA à Poissy, alors que les actionnaires de Peugeot-Citroën (PSA) ont approuvé lundi la fusion du groupe français avec Fiat-Chrysler (FCA) pour former Stellantis, le 4e groupe automobile mondial.

Jean-Pierre Mercier est persuadé que la fusion "sera associée à une politique de réduction des coûts". Le syndicaliste prend pour exemple "le rachat d'Opel-Vauxhall" par Carlos Tavares, le PDG de PSA, où les salariés, "nos camarades d'Allemagne, de Pologne, d'Angleterre, ont payé un très lourd tribut en termes d'emplois". Le "seul point positif que l'on voit à cette fusion, souligne Jean-Pierre Mercier, est cette force incroyable de 400 000 salariés qui représentent une force bien plus puissante qu'avant", une force qui devra "se mobiliser pour défendre ses intérêts".

Une "guerre ouverte" entre les constructeurs

Le mariage entre PSA et Fiat doit permettre de faire cinq milliards d'euros d'économies par an. "C'est colossal", pointe Jean-Pierre Mercier. "Ce sont des économies d'échelle sur l'achat aux fournisseurs ou sous-traitants", affirme le (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi