Fusion nucléaire : le soleil artificiel chinois bat son record de température

·2 min de lecture

Un tokamak — l’acronyme vient du russe —, c’est un engin imaginé par les physiciens pour produire de l’énergie par fusion nucléaire. Une énergie réputée propre — sans émission de gaz à effet de serre ni production de déchets radioactifs à haute activité et à vie longue —, sûre et illimitée. Encore faut-il que la température du plasma qui l’alimente soit suffisamment élevée. Et qu’elle puisse être maintenue à un niveau stable pendant une longue période de temps.

L’objectif semble se rapprocher. Grâce au tokamak chinois appelé Experimental Advanced Superconducting Tokamak (East). Il y a quelques jours, au cœur de ce véritable soleil artificiel, la température du plasma est montée à quelque 120 millions de degrés Celsius pour y rester pendant 101 secondes. Pendant 20 petites secondes, le réacteur à fusion nucléaire expérimental a même atteint les 160 millions de degrés Celsius.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Encore du travail avant de pouvoir produire de l’électricité

Les chercheurs qui travaillent sur le tokamak chinois sont enthousiastes. Ils évoquent, grâce au maintien d'une température de plus de 100 millions de degrés Celsius pendant un temps certain, « le passage d’une étape clé pour la production d’énergie par fusion nucléaire ». Mais l’objectif d’East est de parvenir à maintenir une température de 100 millions de degrés Celsius pendant… 1.000 secondes ! Les ingénieurs reconnaissent donc que la route sera encore longue. Ils estiment même que le premier soleil artificiel ne devrait pas être fonctionnel avant au moins 30 ans !

Rappelons que le tokamak East est l’un des engins satellites du projet de réacteur thermonucléaire expérimental international, le projet Iter. Celui-ci mobilise pas moins de 35 pays...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura