Fusion nucléaire, ITER contre MIT: la guerre des aimants géants est lancée

·2 min de lecture

Ça avance. Et grâce au MIT, ça va même très vite. Nous en parlions il y a quelques semaines: produit aux États-Unis par General Atomics pour le compte du projet international ITER, basé dans le sud de la France, à Cadarache, l'aimant géant ou «solénoïde central», destiné à lover le tokamak du réacteur expérimental et à contenir le soleil artificiel qu'il cherche à recréer est arrivé à bon port. Les scientifiques sont aux anges, et ce qui est souvent considéré comme un graal énergétique semble se rapprocher: après moult retards, qui n'ont rien d'illogiques, dans le cadre d'un projet d'une telle envergure et d'une telle complexité, ITER avance désormais à bon rythme. «Chaque complétion de ces composants qui constituent une première –comme le premier module du solénoïde central– accroît notre confiance en notre capacité à compléter l'ingénierie de la machine intégrale», a sobrement commenté Laban Coblentz, porte-parole du projet. Selon les scientifiques, ITER est désormais complété à 75%, et devrait être opérationnel début 2026. ITER ne sera pas exploité commercialement, mais doit servir de terrain d'expérimentation et de «preuve de concept» pour la création d'autres réacteurs à venir –les problématiques environnementales rendent la viabilité de la fusion nucléaire, qui théoriquement peut fournir une énergie propre et quasi-infinie, potentiellement cruciale pour l'avenir de l'humanité. Mais, au moment où les scientifiques d'ITER commençaient à faire vaguement mumuse avec leur nouveau jouet, dont on dit qu'il est si puissant qu'il est capable de soulever un porte-avions, d'autres fortes têtes, au Massachusetts Institute of Technology (MIT) cette fois, annonçaient également leur propre révolution aimantée. Demain, ou presque La start-up, qui a émané de leurs longues recherches,... Lire la suite sur korii.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles