Fusion de TF1 et M6: Nicolas de Tavernost avait (presque) tout prévu

·1 min de lecture
Fusion de TF1 et M6: Nicolas de Tavernost avait (presque) tout prévu
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

TÉLÉVISION - Convoité par de nombreux prétendants, le groupe M6 (RTL, W9, Gulli) devrait finalement convoler en justes noces avec le groupe TF1 (LCI, TMC, TFX) à l’issue d’un processus qui pourrait prendre jusqu’à d’un an et demi avant d’être finalisé. Conditionné à l’aval de l’Autorité de la concurrence et du CSA, le rapprochement entre ces deux acteurs historiques de la télévision gratuite ne constitue pas vraiment une surprise. “Si la France veut résister à la compétition internationale, des regroupements nationaux sont désormais inévitables”, annonçait Nicolas de Tavernost au JDD en septembre 2020.

Le patron de M6 plaide d’ailleurs depuis des années en faveur d’une plus grande concentration des groupes audiovisuels privés français. “En France, on n’a pas assez de groupes de télévisions, il y a trop de fragmentation”, regrettait Nicolas de Tavernost en marge d’un cours donné à Sciences Po fin 2012. Et de prôner une recomposition du paysage audiovisuel français autour de “trois groupes privés de télévision et un groupe public”. Dix ans après, sa préconisation est en passe d’aboutir : Vivendi (Canal Plus, C8, CNews), TF1-M6 et France Télévisions prédominent le marché de la télévision dite linéaire.

Netflix est finalement devenu une menace

“La France a trop d’acteurs de télévision, ils devront se regrouper” pour ne pas être “marginalisés”, plaidait encore Nicolas de Tavernost en 2014 sur BFM Business. Mais au moment même où Netflix se lance sur le marché français, l...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.