Fusils, munitions ou sabres : les Français invités à rendre leurs armes non déclarées

© PIERRE VERDY / AFP

Les plus de deux millions de particuliers en possession d'armes non déclarées , principalement de chasse ou issues de la Première et Seconde guerre mondiale, sont incités à régulariser leur situation lors d'une opération organisée fin novembre et présentée jeudi par le ministère de l'Intérieur. Plus de 300 sites sur le territoire métropolitain et en Outre-mer seront ouverts du 25 novembre au 2 décembre pour collecter des armes à feu mais aussi des sabres, poignards ou autres armes détenues irrégulièrement, souvent issues d'héritages, et qui seront par la suite détruites.

Opération inédite en métropole

Alors que 30.000 armes sont déjà abandonnées "spontanément" chaque année à l'Etat, "on souhaite accélérer" le processus lors de cette opération déjà réalisée dans les Antilles mais "inédite" en métropole, a expliqué devant la presse Jean-Simon Merandat, chef du Service central des armes et explosifs (SCAE) du ministère de l'Intérieur qui a "co-construit" l'opération avec la Chancellerie.

>> LIRE AUSSITrafic d'armes en Martinique : quels sont les engagements de Gérald Darmanin ?

 

"On vise des honnêtes gens, des bons pères et bonnes mères de famille que nous appelons à déposer les armes ou à les faire enregistrer", a-t-il ajouté, assurant l'absence de poursuite judiciaire et administrative à leur encontre.

Éviter les accidents domestiques

Les enjeux sont multiples. Il s'agit tant d'éviter les accidents domestiques et les conflits de voisinage que de participer à la lutte c...


Lire la suite sur Europe1