Des fusillades dans deux bars font plusieurs morts en Afrique du Sud

Deux fusillades dans des bars en Afrique du Sud, où les assaillants semblent avoir tiré au hasard sur la clientèle, ont fait 19 morts dans la nuit de samedi à dimanche, selon un dernier bilan de la police.

À Soweto, près de Johannesburg, 15 personnes ont été tuées lorsque des assaillants ont ouvert le feu sur la foule "qui s'amusait", tandis qu'à Pietermaritzburg (Est, région zouloue), quatre ont été tuées par deux hommes qui ont ouvert le feu indistinctement sur les clients attablés. Il est trop tôt pour le dire, mettent en garde des sources policières, mais le mode opératoire semble similaire.

À Soweto, le plus grand township historique de Johannesburg, au sud-ouest de la capitale économique sud-africaine, la police a été appelée dans la nuit, vers 00h30. "Quand nous sommes arrivés sur place, douze personnes étaient mortes, portant des blessures par balles", a précisé Nonhlanhla Kubheka, responsable locale de la police.

Onze blessés ont été transportés à l'hôpital et certains d'entre eux y sont décédés peu après leurs arrivée, a-t-elle indiqué en début de matinée. Aucune précision n'était disponible sur les assaillants. "Ils sont arrivés et ont tiré sur les gens qui s'amusaient", a indiqué Nonhlanhla Kubheka, commandante du commissariat d'Orlando, le quartier de Soweto où le drame s'est déroulé.

La police n'a procédé à aucune arrestation et une enquête a été ouverte, une équipe de policiers était encore sur place dans la matinée, a-t-elle ajouté.

Un an après les émeutes

À Pietermaritzburg (Est), la fusillade a éclaté vers 20h30 dans un bar et a fait quatre morts et huit blessés, a confirmé le porte-parole local de la police Nqobile Gwala.

"Un groupe de personnes buvaient des verres dans une taverne et une voiture s'est garée devant" l'établissement, a expliqué le lieutenant-colonel dans un communiqué. "Deux hommes ont sauté de la voiture, sont entrés dans le bar et ont ouvert le feu indistinctement sur les clients", a-t-il ajouté.

Douze personnes ont été touchées ; deux sont mortes sur place et deux sont décédées dans la foulée à l'hôpital, a-t-il encore précisé. Les huit autres restent hospitalisées. Les personnes tuées ont entre 30 et 45 ans.

Une enquête a également été ouverte. Ces incidents violents interviennent un an après les pires violences que le pays ait connu depuis la fin de l'apartheid et l'avènement de la démocratie.En juillet 2021, ces émeutes, pillages massifs et destructions de sites industriels, principalement à Johannesburg et dans la province du Kwazulu-Natal (Est), avaient fait plus de 350 morts.

Au départ déclenchées par l'incarcération de l'ancien président Jacob Zuma, condamné pour outrage à la justice et poursuivi pour des faits graves de corruption, ces violences se sont inscrites dans un climat social et économique tendu.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles