Fusillade dans un lycée de Grasse: le point sur l'enquête

Ce vendredi, l'enquête autour de la fusillade survenue à Grasse (Alpes-Maritimes) jeudi a progressé. Le tireur, placé en garde à vue depuis la veille, collabore avec les policiers. Son meilleur ami et le frère de celui-ci sont aussi entendus par les enquêteurs. 

Plus de 24 heures après la fusillade qui a entraîné 14 blessés dans le lycée Tocqueville de Grasse (Alpes-Maritimes), l'enquête a déjà pu dégager plusieurs éléments sur l'entourage du tireur comme sur le profil de ce dernier. 

  • Il a trouvé ses armes chez son père et son grand-père

C'était la question la plus brûlante. Comment un jeune homme de seize ans avait-il pu constituer un tel arsenal, dissimulé dans un sac de sport, avant de pénétrer l'enceinte de son établissement? Pour accomplir son forfait, le tireur transportait en effet des armes de poing, un fusil à pompe, des grenades à plâtre, ainsi qu'un engin explosif artisanal, dont la dangerosité n'a pas été précisée. 

Les investigations ont permis d'avancer sur ce point capital. C'est aux domiciles de membres de sa famille que l'adolescent s'est procuré son équipement. Il a ainsi subtilisé un revolver chez son grand-père, et le fusil dans le logement de ses parents. 

  • Il voulait "se venger" de "harcèlements"

Les motivations du tireur représentaient aussi un enjeu d'importance pour les enquêteurs. Selon nos informations, ils ont d'ailleurs fait des progrès sur ce pan du dossier également. Alors qu'il est en garde à vue dans le commissariat de Nice où il est questionné par les enquêteurs de la Direction interrégionale de la police judiciaire, il a expliqué qu'il se sentait "harcelé" par certains élèves...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages