Fusillade à Paris : "Comme un zombie…", le récit perturbant des parents du tueur présumé

Fusillade à Paris : "Comme un zombie…", le récit perturbant des parents du tueur présumé

Les parents de William Malet se sont ouverts au Parisien sur leur fils, tueur présumé de trois Kurdes à Paris, le 23 décembre, qu'ils décrivent comme étant un homme renfermé nourrissant une très grande haine envers les étrangers. Selon nos confrères du Parisien, William Malet serait rentré chez lui le vendredi 23 décembre en début de soirée. Pendant la perquisition de sa chambre, il a pris le temps de voir ses parents qui habitent l'appartement contigu. Menotté, il se serait arrêté sur le palier en murmurant : "Adieu Maman, j'ai ce que je mérite".

Sa mère 90 ans, l'avait enlacée, peut-être pour la dernière fois. Quant à son père, se forçant à embrasser son fils, il a tenu son rôle de patriarche en grondant son enfant de 69 ans, comme s'il avait commis une simple bêtise. William Malet est un retraité de la SNCF et sortait tout juste de prison, le 12 décembre, pour une année de détention provisoire à la prison de la Santé. La raison étant qu'en décembre 2021, il avait attaqué un camp de migrants avec un long sabre, rapporte Sud Ouest. Selon ses parents, leur fils a changé à cause de la prison. "Il avait le regard fixe et vide, ses gestes étaient tout en lenteur. Il était comme un zombie ces derniers jours", avaient-ils confié au Parisien.

Une haine féroce qui a pris racine en 2016

Pour la mère de famille, la haine immense de William Malet à l'encontre des migrants a commencé en 2016. A cette époque, il vivait seul à Livry-Gargan, en (...)

Lire la suite sur Closermag.fr

Disparition de Delphine Jubillar : ce nouvel endroit fouillé par les amies de l'infirmière
Passionné par la police et la sécurité, il dérape complètement le soir de Noël
Fiancées au même homme ces jumelles identiques veulent tomber enceintes en même temps
À 13 ans cet adolescent risque l'amputation du pied à cause d'une cigarette électronique
Le train dans lequel il voyage traverse un paysage idyllique, il n'en profitera que quelques secondes…