Danemark: le tireur, âgé de 22 ans était connu de la police

Trois personnes , dont le tireur, ont été tuées et cinq autres blessées samedi dans deux attaques visant un centre culturel et une synagogue. Le tireur présumé, un Danois bien connu des services de police pour violence et détention d'armes, sortait de prison. Agé de 22 ans, il aurait voulu imiter les attentats de Paris.


Un débat sur la liberté d'expression              

La première attaque, qualifiée d'attentat terroriste par le gouvernement, a fait un mort et trois blessés dans le centre culturel Krudttonden d'Ostebro, un faubourg nord de la ville, où un débat était organisé en présence de Lars Vilks, un artiste suédois menacé de mort pour avoir publié des dessins représentant le prophète de l'islam Mahomet. Trois membres des forces de l'ordre étaient en faction devant le bâtiment, et auraient été blessés par l'assaillant en risposant.
         
Le tireur a pris la fuite dans une voiture qui a été retrouvée plus tard dans la banlieue de la capitale.

Une cinquantaine de personnes présentes

Une cinquantaine de personnes assistait à cette discussion sur l'art et le blasphème. La victime serait un homme d'une quarantaine d'années qui assistait à la réunion.

 Sur les réseaux sociaux, des témoins font part de la violence de la fusillade

Un dessinateur suèdois et l'ambassadeur de France étaient présents

L'ambassadeur de France au Danemark, François Zimeray, qui assistait à la réunion, est indemne, ainsi qu'une des fondatrices du mouvement Femen, Inna Shevchenko,et le dessinateur suèdois Lars Vilks.

"C'était la même intention que Charlie Hebdo sauf qu'ils n'ont pas réussi à entrer", a déclaré l'ambassadeur de France. "Intuitivement, je dirais qu'il y a eu au moins 50 coups de feu, et les policiers ici nous disent 200. Des balles sont passées à travers les portes et tout le monde s'est jeté à terre."

Lars Vilks avait suscité la controverse en 2007 par des dessins représentant le prophète Mahomet sous les traits d'un chien. Des menaces avaient été proférées par des groupes islamistes. Depuis, l'artiste fait l'objet d'une surveillance rapprochée pour sa sécurité.

L'artiste a depuis reçu de nombreuses menaces de mort et vit sous protection policière constante depuis 2010. Il y a deux ans, une Américaine disant s'appeler Jihad Jane avait été condamnée à dix ans de prison pour avoir tenté de l'assassiner.

Des tirs sur une synagogue
               
Quelques heures plus tard, en début de nuit, une synagogue a été la cible de tirs dans le centre de la capitale danoise.
Une personne a été touchée d'une balle dans la tête et deux policiers ont également été blessés, a déclaré la police. Le blessé à la tête est décédé des suites de ses blessures.

Le tireur présumé abattu

A l'issue d'une chasse à l'homme dans la capitale danoise, le suspect présumé a finalement été abattu par balles dimanche matin, dans une gare de Copenhague.

 La France condamne "une attaque terroriste"

Cette fusillade survient un peu plus d'un mois après les attentats qui ont fait 17 morts à Paris dont 12 contre l'hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo.
"Une attaque terroriste a visé une réunion publique à Copenhague, à laquelle participait l'ambassadeur de France au Danemark", a déclaré le chef de la diplomatie Française, Laurent Fabius. "Je condamne avec la plus grande fermeté cet attentat."

Manuel Valls tweete #JesuisCharlie

De son côté, le chef de l'Etat, François Hollande, a déclaré dans un communiqué qu'il avait exprimé la solidarité de la France à la Première ministre danoise, Helle Thorning-Schmidt. "Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, se rendra dans les meilleurs délais à Copenhague", a-t-il ajouté. Manuel Valls, le Premier ministre a assuré le Danemark de son soutien.