La fusée Ariane 6 réussit son lancement inaugural et signe le «retour de l’Europe» dans l’espace

C'était un décollage attendu par les Européens. La fusée Ariane 6 s'est élancée mardi 9 juillet dans l'espace, depuis Kourou en Guyane française. Le lanceur européen a décollé sans encombre, réussissant sa mission de mettre en orbite des mini-satellites, dans une mission qui signe le retour pour les Européens d’un accès autonome à l’espace.

« C'est un jour historique pour l'ESA et pour l'Europe », a salué le directeur général de l'agence spatiale européenne (ESA) Joseph Aschbacher, tandis que pour son homologue du Centre national d'études spatiales (Cnes) français, Philippe Baptiste, « l'Europe est de retour ».

Pile à l'heure, les deux moteurs latéraux de la fusée se sont allumés, et Ariane 6 s'est arrachée à l'attraction terrestre et à la forêt tropicale guyanaise pour s'envoler vers l'espace.

Un soulagement pour les Européens : des sourires se sont affichés sur les visages des équipes de l'Agence spatiale européenne, du Cnes français et d'Arianegroup, qui fabrique la fusée. Après des sourires, des applaudissements retentissaient à chaque étape.

Les spectateurs ont applaudi surtout quand le moteur de l'étage supérieur de la fusée s'est rallumé. Ce moteur ré-allumable - l'une des principales nouveautés de cette fusée - doit permettre de placer des satellites sur des orbites différentes, et non plus sur une seule orbite.

L'Europe n'avait plus son accès autonome à l'espace depuis près d'un an, depuis qu'Ariane 5 a pris sa retraite. Car Ariane 6 n'était pas encore prête : la nouvelle fusée européenne a pris quatre ans de retard sur le programme initial.


Lire la suite sur RFI