Le funeste destin de la planète Kepler 1658-b

Gabriel Perez Diaz/Instituto de Astrofísica de Canarias

Des chercheurs ont observé durant 13 ans une exoplanète qui se rapproche inexorablement de son étoile. C'est la première fois qu'une telle trajectoire en spirale est observée. Ce destin tragique augure peut-être de celui de notre planète, dans quelques milliards d'années...

La fin d’un monde a commencé, à 2600 années-lumière de la Terre. La planète Kepler 1658-b se rapproche lentement mais sûrement de son étoile. Selon les calculs d’une équipe de chercheurs du Center for Astrophysics (Harvard, Etats-Unis), la planète sera engloutie dans environ 2,5 millions d’années.

C’est la première fois que l’on observe ainsi la trajectoire en spirale d’une planète vers son étoile… Cette étude publiée dans The Astrophysical Journal Letters résulte d'une longue et minutieuse campagne d'observation lancée en 2009. La planète est en effet la première à avoir été détectée par le télescope spatial Kepler, dévolu à la recherche d'exoplanètes, l'année même de son lancement. Il a fallu près de 10 ans pour confirmer son existence, ce qui explique qu’elle ne soit que la 1658e planète entrée dans le catalogue.

Mais grâce à cela, les astrophysiciens ont 13 ans de mesures, qui ont été complétées par d'autres réalisées avec le télescope terrestre Hale (Mont Palomar, États-Unis) et le télescope spatial Tess (Transiting Exoplanet Survey) lancé en 2018.

Une planète collée à son étoile

Kepler 1658-b se trouve très près de son étoile : seulement 8 millions de kilomètres. En comparaison, Mercure, la planète la plus proche du Soleil, orbite à 60 millions de km. Elle appartient à la catégorie des "Jupiter chaude", son rayon vaut 1,07 fois celui de la géante gazeuse, pour une masse 5,9 fois plus importante.

Du fait notamment de sa proximité à son étoile, sa température est d'environ 3200°C. Elle est particulièrement brillante pour une planète de cette catégorie. Son albédo (sa capacité à réfléchir la lumière) correspond davantage à celui d’un satellite de glace du système solaire comme Europe, qu’à celui d’une "Jupiter chaude".

Sa détection a eu lieu grâce à la méthode des transits. La configuration des trois corps fait que l’étoile, la planète et la Terre sont régulièrement alignées. Vue de la Terre, la planète passe alors devant son étoile et masque un peu de sa lumière[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi