Fumer du cannabis pourrait être plus nocif pour les poumons que le tabac

Le cannabis est le produit illicite le plus consommé en France. Presque un adulte sur deux en a déjà consommé. Il jouit d'une image positive, surtout auprès des jeunes. Il serait moins toxique que la cigarette car « plus naturel », dénué de produits chimiques et de goudrons. Pourtant, il est fumé sans filtre contrairement aux cigarettes. De plus, certains modes de consommation du cannabis incitent à inspirer très profondément et à garder très longtemps la fumée dans les poumons. Qu’en est-il vraiment ? Une équipe s’est penchée sur les effets du cannabis sur l'appareil respiratoire, en les comparant aux effets du tabac. Leurs résultats ont été publiés dans la revue Radiology.

Des emphysèmes plus fréquents chez les fumeurs de cannabis

Cent-quarante-six personnes ont été incluses dans l’étude :

  • 56 fumeurs de cannabis : 34 hommes et 22 femmes, moyenne d’âge 49 ans ;

  • 57 non-fumeurs : 32 hommes et 25 femmes, moyenne d’âge 49 ans ;

  • 33 fumeurs de tabac : 18 hommes et 15 femmes, moyenne d’âge 60 ans.

Des radiographies pulmonaires de chacun des participants ont pu être analysées. La fréquence des emphysèmes a été comparée entre les différents groupes. L’emphysème est une des complications de broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO). Lors de la BPCO, les alvéoles pulmonaires sont progressivement détruites. Dans l’emphysème, ces zones mortes se détendent en augmentant de volume, comprimant la cage thoracique.

Les emphysèmes étaient plus fréquents chez les fumeurs de cannabis que chez les non-fumeurs mais pas plus fréquents que chez les fumeurs de tabac. En revanche, dans une analyse en sous-groupes restreints appariés selon l’âge (n=92), les emphysèmes étaient plus fréquents chez les fumeurs de cannabis que chez les fumeurs de tabac du même âge et que chez les non-fumeurs du même âge.

Il existe de nombreuses façons de consommer du cannabis. © Thought catalogue, Unsplash
Il existe de nombreuses façons de consommer du cannabis. © Thought catalogue, Unsplash

Des taux d’inflammation plus élevés chez les fumeurs de cannabis

D’autres indicateurs de

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura