Comment la fumée de cigarette accélère le cancer du poumon

FANATIC STUDIO / SCIENCE PHOTO L / FST / Science Photo Library via AFP

Le mécanisme précis par lequel les nanoparticules de noir de carbone - présentes dans la fumée de cigarette - fait le lit du cancer des poumons est enfin éclairci dans une nouvelle publication.

On sait enfin comment les particules ultrafines de noir de carbone, contenues dans la fumée de cigarette, favorisent la survenue du cancer des poumons. En interférant avec le système immunitaire pulmonaire, ces particules créent un environnement favorable au développement des tumeurs, conclut une étude sur la souris et des prélèvements humains et publiée dans Science Advances.

Les nanoparticules de noir de carbone affectent particulièrement les fumeurs

Les cellules immunitaires des poumons des gros fumeurs contiennent des particules noires que nous avons identifiées dans de précédents travaux comme étant des nanoparticules de noir de carbone”, explique la Pr Farrah Kheradmand, pneumologue au Baylor College of Medicine (Etats-Unis) et qui a dirigé ces nouveaux travaux. Les particules ultrafines de noir de carbone sont générées par la combustion incomplète de toute matière organique, dans les cigarettes comme les incendies, ce qui en fait les plus abondantes dans la nature, ajoute-t-elle. Chez la souris, cette substance provoque des inflammations jusqu’à causer des emphysèmes, grave complication résultant de la destruction des parois des alvéoles pulmonaires permettant l’oxygénation du sang. Ce type d’inflammation pourrait-il être à l’origine du risque accru de cancer du poumon chez les fumeurs ? C’est la question que se pose l’équipe de chercheurs. Mais ce n’est pas tout à fait ce qu’ils découvrent.

Une modification du fonctionnement des cellules immunitaires

C’est pourtant bien les cellules de l’immunité qui sont ciblées, d’après leurs observations chez des souris et des cellules pulmonaires prélevées chez de gros fumeurs. Mais le risque de cancer du poumon ne provient pas initialement d’une sur-inflammation, mais d’une modification de la façon dont certains globules blancs appelés macrophages consomment de l’énergie. “Les nanoparticules de noir de carbone modifient la façon dont les mitochondries, les centrales énergétiques de toute cellule, génèrent de l'éner[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi