Fukushima : le Japon va rejeter les eaux contaminées dans l'océan

Le gouvernement l'avait annoncé en 2021, mais cette fois le plan de rejet des eaux contaminées de Fukushima vient d'être approuvé par l'autorité de sûreté nucléaire japonaise. Ces eaux correspondent à toute l'eau qui a été nécessaire pour refroidir trois des réacteurs dont le cœur était entré en fusion lors de l'accident qui eut lieu à la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi le 11 mars 2011 : nappes souterraines, injections d'eau douce ou d'eau de mer ou même eau de pluie. Au total, cela représente 1,3 million de tonnes, pour l'instant stockées dans de gigantesques réservoirs tout autour de la centrale.

Tepco, le producteur japonais d'électricité, prévoit de filtrer l'eau contaminée pour éliminer les isotopes nocifs à l'exception du tritium, qui est plus difficile à éliminer. Cet isotope de l'eau sera malgré tout dilué avant d'être relâché petit à petit dans l'océan Pacifique. Une grande partie de l'eau a déjà été en majorité décontaminée, notamment grâce au retrait du césium radioactif.

Le site de la centrale de Fukushima. © Christian Aslund/EyeEm, Adobe Stock
Le site de la centrale de Fukushima. © Christian Aslund/EyeEm, Adobe Stock

L'eau traitée répond aux normes nationales, sauf pour le tritium

Supervisé par l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), le rejet sera étalé sur quatre décennies, permettant de limiter la concentration en tritium dans les eaux proches de la centrale. Selon l'AIEA, ce projet sera « en pleine conformité avec les normes internationales » et ne va causer « aucun dommage à l'environnement ». Il débutera dès 2023 après la construction d'un conduit sous-marin d'un kilomètre de long qui amènera l'eau contaminée directement loin des côtes. Une opération qui devient urgente, alors que près de 140 mètres cubes d'eau contaminée sont produits chaque jour sur le site.

Malgré tout, la décision d'évacuer ces eaux par la mer reste critique, non seulement par les voisins directs du Japon, la Chine et la Corée du Sud, mais aussi par les pêcheurs locaux qui craignent une chute de leurs ventes. La décision de passer...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles