Fujifilm XT-200, un hybride ultra léger à l’électronique vitaminée

La gamme d’appareils photo hybrides de Fujifilm vient de s’enrichir d’un petit frère qui pourrait bien devenir un hit des ventes, le XT-200. Si la fiche technique du XT-100 lancé en 2018 fut décevante – tout comme notre prise en main –, la simple lecture des spécifications de son successeur le XT-200 laisse à penser que Fujifilm a voulu rattraper le coup.

Le XT-200 n’est pas une déclinaison moins chère du X-T3/X-T30 mais un nouvel appareil d’entrée/milieu de gamme. Point de capteur « custom » de type X-Trans comme c’est le cas sur tous les appareils haut de gamme mais un capteur CMOS à matrice Bayer classique. Un composant intégrant des pixels de détection de phase mais construit autour de la technique de circuiterie en cuivre de Fujifilm, sensée produire moins de bruit numérique. Point d’informations sur le processeur d’image mais Fujifilm met en avant la rapidité de mise au point de son nouveau petit (un des gros défauts du XT-100) ce qui laisse à penser qu’un X-Processor 4 pourrait être de la partie.

Électronique soignée

Viseur OLED de 2,36 Mpix, écran LCD 2,76 Mpix articulé et tactile de 8,9 cm de diagonale, stabilisation vidéo électronique (avec quelques optiques compatibles et moyennant un recadrage), nouveau mode vidéo 4K plein capteur en captation 6K sans recadrage, mode vidéo 4K HDR, rafale à 8 images par seconde, autofocus hybride (phase et contraste) en mode continu avec suivi de l’œil et même prise...

Lire la suite sur 01net.com

A lire aussi