« Fugueuse » : la série coup de poing de TF1 sur la prostitution des mineurs

·1 min de lecture
Romane Jolly, Sylvie Testud et Michaël Youn.
Romane Jolly, Sylvie Testud et Michaël Youn.

Lors de la conférence de rentrée de TF1, Ara Aprikian, son directeur des programmes, a émis le souhait de voir les fictions aborder des thèmes « sans tabou, mais toujours avec de la délicatesse et du respect ». Fugueuse, la série que la première chaîne dégaine ce soir, suivie d?un documentaire produit par Elephant, illustre plutôt bien cette nouvelle orientation forte en traitant du sujet délicat de la prostitution des mineurs, qui concernerait en France entre 7 000 et 10 000 ados. Autant dire que TF1 joue gros en se positionnant sur une thématique aussi sensible, susceptible de choquer certains téléspectateurs. Quoi qu?il en soit, avec cette adaptation coup de poing d?une série québécoise, elle donne tout son sens à la « premiumisation » de la fiction qu?elle a largement mise en avant depuis plus d?un an.

« Léa est intelligente, mais elle est influençable. » Cette réplique d?un assistant social dans le cinquième épisode de Fugueuse dessine parfaitement les contours de l?héroïne de la nouvelle mini-série de TF1. Léa a 16 ans. Un père éducateur sportif, une mère dans le milieu médical, des parents comme les autres avec qui elle s?accroche pour des petits et des grands riens. Comme tous les ados. Léa a de super amis, une grand-mère avec qui elle est complice, une petite s?ur qu?elle couve, un grand frère qui veille sur elle. Elle est bonne élève et elle a même une passion : la danse. Malgré tout, Léa est « influençable ». Quand elle rencontre Nico, un rappeur [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles