Un fugitif en cavale depuis 20 ans obligé de révéler son identité pour être secouru

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Thierry Ascione, en cavale depuis vingt ans, pour un double meurtre commis en 1991, au Guatemala, s'est rendu après avoir subi la foudre à bord de son voilier. (Photo d'illustration : Getty Images)
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Faits divers
    Faits divers
  • Thierry Ascione
    Joueur de tennis français

Thierry Ascione était recherché depuis 20 ans pour un double meurtre commis au Guatemala en 1991. L'homme qui naviguait sur un voilier, touché par la foudre, a dû accoster en Indonésie pour être secouru. 

L'homme était recherché depuis 20 ans. Et c'est en Indonésie que Thierry Ascione a finalement dû révéler son identité, rapporte Le Parisien.

Ce Français âgé de 62 ans avait été condamné par contumace, en son absence, à la réclusion criminelle à perpétuité pour le double meurtre d'un couple de restaurateurs en 1991 au Guatemala. 

Il prend la fuite après sa détention provisoire

À l'époque, l'enquête s'est orientée vers deux Français accusés d'avoir voulu volé l'argent du couple. Ils sont tous les deux condamnés à 30 ans de prison en 1995 et libérés depuis. 

Mais le nom d'un troisième homme apparaît dans le dossier. Peu après l'assassinat, Thierry Ascione, qui avait déjà été condamné à 7 ans de prison pour un braquage dans sa jeunesse, se rend à Miami où il est accusé d'avoir vidé les comptes des victimes. 

En 1995, il est arrêté en Thaïlande. Mis en examen puis placé en détention provisoire pendant quatre ans et sept mois avant d'être remis en liberté après une demande formulée par son avocat. 

"La cavale, ce n’est pas si dur"

Thierry Ascione prend alors la fuite et ne se présente pas lors de son procès. La cour d'assises de Paris le condamne, le 5 juin 2001, par contumace à la réclusion criminelle à perpétuité. 

Pendant 20 ans, le Marseillais aurait baroudé entre l'Asie et l'Amérique du sud où il a monté plusieurs sociétés. "La cavale, ce n’est pas si dur. Il suffit de respecter certaines règles. Je suis même rentré plusieurs fois en France sous une fausse identité", confie-t-il au Parisien. 

Une demande d'extradition en cours d'examen

Alors qu'il s'apprêtait à rejoindre la Nouvelle-Calédonie à bord de son voilier au mois d'octobre, la foudre s'abat sur le bateau, laissant le système de navigation endommagé. Le fugitif, qui fait l'objet d'une fiche Interpol, doit accoster sur l'île la proche, en Indonésie. 

Interpellé sur la base d’un mandat d’arrêt décerné par la cour d’appel de Paris en 2019 mais sans être placé en détention, le sexagénaire qui clame son innocence, patiente désormais sur l’île de Sulawesi qu'il ne peut quitter. Une demande d'extradition de la France est en cours d'examen. 

Si Thierry Ascione considère que sa condamnation est prescrite, une source judiciaire affirme au Parisien que "la prescription de 20 ans de la peine prononcée n’était pas acquise au moment de l’émission du mandat."

VIDÉO - Un fugitif en cavale depuis 1998 aurait été reconnu à un match de baseball

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles