Fronton : la pétanque n’exclut pas la gastronomie

Par Olivier Bompas
·1 min de lecture
Vue du vignoble de Fronton.
Vue du vignoble de Fronton.

Créé en 2019, le Collectif négrette est à l'?uvre. « On est une dizaine, pas loin du tiers des producteurs de fronton », se réjouit Frédéric Ribes, vigneron au domaine du Roc et président du syndicat des vins. Il compte même dans ses rangs l'unique cave coop du cru qui fait partie de Vinovalie, puissant groupement coopératif du Sud-Ouest. Ensemble ils ont décidé de commencer une réflexion sur la négrette, leur cépage emblématique. Objectif : monter les vins rouges en gamme et montrer que la négrette ne donne pas que des vins « sympas, de copains », à l'égal des 40 % de rosés produits par l'appellation, mais aussi des vins de gastronomie, capables de se bonifier en cave.

« Pompeusement, on pourrait appeler ça une charte. Plus simplement, ça consiste à s'imposer quelques règles, mais il faut garder un côté club de pétanque et surtout ne pas perdre de vue le collectif? d'où le nom », s'amuse Frédéric Ribes. La négrette, cépage original et très ancien, est cultivée uniquement à Fronton, où elle représente 50 % de l'encépagement et doit être majoritaire dans les assemblages, complétée, entre autres, par les cabernets, le malbec ou encore la syrah, qui lui apporte fraîcheur et élégance.

Cuvées ambassadrices

Pour l'élaboration des cuvées haut de gamme, les vignerons se sont imposé 70 % de négrette au moins avec la possibilité de faire des vins à 100 %. « Surtout pas d'idée de classement ou de hiérarchisation au sein de l'appellation », poursuit Frédéric Ribes. Son d [...] Lire la suite