Covid-19 : ces frontières fermées qui font galérer Algériens et binationaux

Par Adlène Meddi, à Alger
·1 min de lecture
La fermeture des frontières cause bien des préjudices de part et d'autre.
La fermeture des frontières cause bien des préjudices de part et d'autre.

Aux contraintes liées à la fermeture des frontières depuis près d'un an côté algérien s'ajoutent les nouvelles mesures françaises d'entrée et de sortie du territoire, le gouvernement de M. Castex ayant fait sien ce principe selon lequel « contrôler la propagation du coronavirus, c'est contrôler les frontières », pour reprendre les mots du ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin.

« Le virus n'a pas de nationalité », tranche Amel, architecte d'intérieur, binationale vivant entre Oran et Paris, qui s'occupe de sa mère, laquelle se retrouve seule dans la capitale française. « Le souci, au-delà des annonces sur les frontières, c'est leur manière de communiquer, poursuit-elle. Dès les annonces de Jean Castex, on a surveillé les sites des compagnies aériennes au cas où elles annonçaient la suspension de tous les vols vers l'Algérie, on a regardé aussi le site Web du Quai d'Orsay où il n'y avait que la mention ?Cette page est en cours de modification !?. »

À LIRE AUSSICovid-19 : ce qu'il faut retenir des annonces du gouvernement

Problèmes de communication

« On se retrouve seuls, mal informés, on est tout le temps sur les réseaux sociaux pour trouver des infos sur les pages dédiées aux Algériens bloqués en France », regrette Amel, contactée par téléphone, avec une voix émue. « Pendant deux jours, ils ont baladé les gens, incapables de faire un communiqué clair. Ce n'est que 36 heures après les annonces de fermeture des frontières qu'il y a eu une précision sur le sit [...] Lire la suite