Frontière Moselle-Allemagne : "Un test Covid quotidien pour 16 000 frontaliers, c'est impossible", s'agace le député Christophe Arend

franceinfo
·1 min de lecture

"Un test quotidien pour 16 000 travailleurs frontaliers, c'est impossible", s'est agacé dimanche 28 février sur franceinfo Christophe Arend, député La République en marche de la Moselle. L’Allemagne vient de classer la Moselle en "zone à haut risque", ce qui implique en théorie que les Mosellans entrant sur le territoire allemand devront présenter un test négatif de moins de 24 heures, y compris les travailleurs frontaliers.

>> Suivez les dernières informations sur l'épidémie de Covid-19 dans notre direct

Le député Christophe Arend dénonce une décision "brusque" et réclame un aménagement pour les travailleurs frontaliers avec "un test antigénique toutes les 48 heures". En tant que coprésident du bureau de l'assemblée parlementaire franco-allemande, il a demandé la convocation lundi d'un "comité de coopération transfrontalière afin de discuter des modalités d'application".

franceinfo : Êtes-vous sur la même longueur d'onde que le secrétaire d'Etat chargé des Affaires européennes qui juge cette décision de l'Allemagne "très regrettable" ?

Christophe Arend : Absolument. Je suis coprésident du parlement franco-allemand, nous avons avec mon homologue allemand Andreas Jung demandé qu'on convoque dès demain un comité de coopération transfrontalière afin de discuter des modalités d'application. C'est simple : un test PCR pour 16 000 travailleurs frontaliers quotidiens, ça fait 80 000 tests, c'est impossible. La Moselle teste déjà trois fois plus en moyenne que l'Allemagne. Pour (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi