A la frontière chinoise, «les tensions dans la péninsule coréenne n’ont rien changé»

Libération.fr

Malgré le durcissement des relations entre Pékin et Pyongyang, et les menaces de Trump, le commerce entre les deux pays continue de faire vivre nombre de villes chinoises.

Port fluvial de Quanhe, mardi, à l’extrémité orientale des 1 400 kilomètres de frontière que la Chine partage avec la Corée du Nord. Deux militaires chinois inspectent rapidement les laissez-passer que leur tendent par la fenêtre de leur camion des dizaines de chauffeurs s’apprêtant à traverser le fleuve Tumen, qui sépare la Chine du pays de Kim Jong-un. Dans leurs remorques : du ciment chinois, des produits pour la maison, des chaussures «made in China»Il faut faire vite car la frontière n’est ouverte que de 14 heures à 17 heures, et la file de camions qui attend sous la pluie ne cesse de s’allonger.

A Quanhe, malgré les sanctions internationales et les menaces de Donald Trump contre le régime de Pyongyang, le commerce sino-nord-coréen semble se porter à merveille. A quelques kilomètres, les échanges entre la Chine et son turbulent allié font même vivre des pans entiers de Hunchun, ville chinoise de 225 000 habitants sise face à la Corée du Nord. Plus proche de Pyongyang et Vladivostok que de Pékin, elle se trouve sur une étroite bande de terre coincée entre la Corée du Nord et la Russie, aux confins de la Chine.

Perruques

Cheng, un chauffeur d’une cinquantaine d’années, est en bonne position ce jour-là : sa camionnette blanche sera la première à passer la ligne de démarcation, à peine le portail gris levé. Comme chaque semaine, ce Chinois de Hunchun transporte des cheveux synthétiques qui seront attachés par des Nord-Coréens. Les perruques, une fois finies, passeront à nouveau la frontière en sens inverse pour être vendues en Chine. Selon Cheng, les ouvriers nord-coréens ne coûtent «que 10 yuans par jour», soit environ 1,35 euro. «En Chine, le salaire pour exactement le même travail est quinze fois plus élevé !»explique le chauffeur à côté de son fourgon cadenassé et aux vitres peinturlurées de (...) Lire la suite sur Liberation.fr

Justice
La Maison Blanche évoque une possible rencontre de Trump avec le pape
Au Zimbabwe, les deux principaux opposants s’allient contre Mugabe
Venezuela : marches anti et pro-régime sous haute tension
L’Ukraine déboutée de sa demande de stopper le soutien russe aux rebelles

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages