Frontex avait connaissance de renvois illégaux de migrants en Grèce, selon un rapport

Un rapport confidentiel de l'Office européen de la lutte contre la fraude, daté de février, souligne que l’agence de garde-côtes européens Frontex avait connaissance de renvois illégaux de migrants de la Grèce vers la Turquie et aurait même cofinancé certains de ces refoulements. Un rapport accablant, relayé par Le Monde et Der Spiegel, avait déjà en partie contribué à la démission, en avril dernier, de son ancien directeur, Fabrice Leggeri.

Avec notre correspondant à Athènes, Joël Bronner

En Grèce, les refoulements, régulièrement violents, de demandeurs d’asile et de migrants à destination de la Turquie se sont particulièrement multipliés ces deux dernières années, au point de devenir un secret de polichinelle.

Mais après la publication des conclusions de ce rapport européen qui relie Frontex aux refoulements de migrants et demandeurs d’asile opérés par la Grèce, Efsyn, le principal journal grec d’opposition, dit s’attendre à l’équivalent d’une immense déflagration. Ces pratiques sont contraires au droit international et à la convention de Genève.

►À écouter : En Grèce, criminalisation progressive des migrants et délit de solidarité


Lire la suite sur RFI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles