Frontex accusée d’aider la Libye à rapatrier les migrants perdus en mer

·1 min de lecture
Depuis 2017, 74 233 migrants ont été rapatriés en Libye.
Depuis 2017, 74 233 migrants ont été rapatriés en Libye.

Entre la Libye et l?Europe, des centaines de migrants tentent chaque année la traversée, espérant trouver des conditions de vie meilleures. Mais ils ignorent sans doute tout de la bataille des sauvetages qui fait rage dans cette zone de 300 kilomètres carrés. Cette zone est divisée en trois parties (dites zones SAR) : une première où l?Italie est responsable des recherches et sauvetages, une deuxième sous la responsabilité de Malte et, depuis 2017, une troisième gérée par la Libye, rapporte Le Monde dans son enquête publiée dimanche 31 octobre.

Ces pays peuvent compter sur le soutien aérien de Frontex, l?agence européenne de gardes-frontières et de gardes-côtes, qui dispose d?un drone surveillant le secteur. Mais, selon Le Monde, qui a examiné les données de vols, tout laisse à penser que Frontex pousserait les ONG et patrouilleurs à rapatrier les migrants en Libye plutôt qu?en Europe.

Les migrants rapatriés en Libye soumis à de graves sévices

Malgré les exactions (meurtres, tortures, viols, esclavage?) commises par les gardes-côtes libyens sur les migrants, et alors que la Commission européenne a reconnu que la Libye n?était pas une terre sûre pour les rapatrier, Frontex continuerait à mettre au service de la Libye ce dispositif aérien permettant de surveiller la zone, et diriger les migrants vers ses terres (plutôt que vers l?Europe).

À LIRE AUSSIAvec les gardes-frontières de l?Europe

Jusqu?en 2017, avant la création de la zone libyenne de recherches et de sa [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles