Du Front national à Reconquête en passant par LR : le parcours politique tortueux de Peltier

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Guillaume Peltier
    Homme politique français
  • Éric Zemmour
    Journaliste, écrivain et homme politique français
  • Valérie Pécresse
    Femme politique française

L'ex-numéro deux des Républicains s'est détourné de Valérie Pécresse pour devenir le porte-parole de Reconquête. C'est la cinquième fois que le député change de parti en vingt-cinq ans.

Cinq retournements en vingt-cinq ans. Sur Europe 1 dimanche matin, Guillaume Peltier, ancien vice-président du parti Les Républicains, a annoncé soutenir cette fois l'un des candidats d'extrême droite à la présidentielle, Eric Zemmour, au détriment de Valérie Pécresse. Le député du Loir-et-Cher sera nommé porte-parole de Reconquête, le parti du polémiste, selon les informations de BFMTV.  

"Guillaume Peltier a beaucoup changé de partis politiques", rappelle l'éditorialiste politique de BFMTV Matthieu Croissandeau, retraçant son parcours. "En vingt-cinq ans, il a changé cinq fois de crémerie".

"Pas une girouette, une éolienne"

De 1996 à 1998, Guillaume Peltier était au Front national. De 1998 à 2000, au Mouvement national républicain. De 2000 à 2008, il est passé au Mouvement pour la France. De 2009 à 2020, un long passage à l'UMP puis chez Les Républicains. Enfin, il rejoint Reconquête, d'Eric Zemmour, en ce début 2022. 

"Le problème, c'est que Guillaume Peltier a tendance à changer très vite [de parti] et beaucoup", pointe Matthieu Croissandeau. Le 30 mai dernier, l'élu disait "porter les mêmes convictions" à propos de Robert Ménard, qui vient d'apporter son soutien à Marine Le Pen. Le 5 juillet, il louait Xavier Bertrand (LR), affirmant qu'il était "le seul capable de battre Emmanuel Macron et de faire gagner la droite." 

Le 27 novembre, il indiquait avoir "décidé de voter pour Eric Ciotti" au premier tour de la primaire des Républicains, soit le rival du président de la région des Hauts-de-France

Le même jour, il soutenait que "la question d'un ralliement n'était en rien pour lui à la hauteur du défi". "On est plus dans la girouette de la vie politique mais carrément dans l'éolienne", ironise Matthieu Croissandeau. 

"Réputation de chat noir"

Pour Matthieu Croissandeau, il constitue "une belle prise de guerre" dans la campagne d'Eric Zemmour. 

"Guillaume Peltier n'est pas très connu du grand public mais il est rompu aux plateaux télé. Ensuite, il est député et jusqu'à présent les zemmouriens étaient absents du grand public. Et enfin, il connaît très bien de l'intérieur les coulisses de LR", analyse l'éditorialiste.

"Mais il traîne aussi une facheuse réputation de chat noir", a souligné le journaliste. La candidate du Rassemblement national Marine Le Pen a raconté dimanche qu'elle avait refusé qu'il la rejoigne il y a un mois. 

"Là où Peltier passe, les campagnes trépassent. Eric Zemmour devrait croiser les doigts car je ne suis pas sûre qu'il puisse échapper à la malédiction Peltier", a-t-elle ironisé.

Pour éviter que le parti des Républicains se vide, la direction a dû réagir fermement. Christian Jacob, le président du parti, a annoncé ce dimanche l'exclusion de Guillaume Pelter. "Il n'y a pas grand risque car l'aventure Zemmour présente beaucoup plus d'inconnus que de certitudes pour les élus LR", a précisé Matthieu Croissandeau. Surtout que Valérie Pécresse est en bonne position dans les sondages. 

"Ce sont Les Républicains qui délivrent les prochaines investitures pour les prochaines législatives, y compris pour les municipales, et ça, ça fait réfléchir plus d'un élu avant de claquer la porte", a relevé l'éditorialiste.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Présidentielle : Peltier, ex-numéro 2 de LR, rallie Zemmour

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles