Le front anti-Macron fait-il le jeu du Front national?

Alexandre Boudet
Marine Le Pen en meeting ce dimanche à Bordeaux.

PRÉSIDENTIELLE - À trois semaines du premier tour, la situation politique est-elle en train de se cristalliser? Pas forcément dans les intentions de vote où le nombre d'indécis reste très important rendant toute projection très aléatoire. Mais au moins dans les discours et stratégies que les principaux candidats ont aiguisé un peu partout en France pendant cet antépénultième week-end de campagne.

De la Réunion où se trouvait Benoît Hamon à la Méditerranée où François Fillon a fait trois réunions publiques en deux jours, une sorte de front anti-Macron a semblé se durcir pour barrer la route du second tour à l'ancien ministre de l'Economie.

"Une supercherie unique dans l'histoire"

À Saint-Joseph, sous la halle François-Mitterrand, le candidat socialiste a réuni plus de monde que le favori des sondages une semaine plus tôt. Mais au-delà de la bataille des chiffres, le ton de ses propos était marquant. Dans un discours largement consacré à la pédagogie de son projet, le vainqueur de la primaire a en effet pris du temps pour éreinter Emmanuel Macron "créature du quinquennat" qui réunit dans son mouvement "des gens qui ont échoué à droite, des gens qui ont échoué à gauche".

"Moi je fais une campagne honnête, dans une campagne marquée par la malhonnêteté, intellectuelle notamment", a-t-il lancé ensuite à la presse, en référence au tête-à-tête que Christian Estrosi a accordé à Emmanuel Macron lors d'un déplacement de ce dernier à Marseille. François Fillon a plutôt pouffé de rire en apprenant cette "rencontre républicaine" entre son ancien ministre et le candidat d'En Marche, comme s'il poursuivait sa campagne de mépris à l'égard de son rival, incarné par son nouveau surnom "Emmanuel Hollande".

Alors qu'il l'avait dépeint vendredi soir à Toulon en "prince de l'ambiguïté" et "maître du flou artistique", le candidat des Républicains a redoublé d'attaques en Corse. puis Ajaccio. "Il est une supercherie unique dans l'histoire de la Ve République et il fait semblant...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post



En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages