Fromages surgelés, veaux plus âgés : pendant la pandémie, des labels alimentaires moins exigeants

L'Oeil du 20 heures

Le label rouge, c’est un signe officiel de qualité supérieure, réservé aux meilleurs produits. Mais pour aider les producteurs pendant l’épidémie, certains aliments qui n’y avaient pas droit, sont désormais éligibles au précieux label. En pleine pandémie, prendrait-on les consommateurs pour des jambons ?

Nous avons épluché plusieurs dizaines d’arrêtés pris par le Ministère de l’agriculture depuis le 9 avril. Pendant l’épidémie, ces textes revoient temporairement à la baisse les exigences pour une trentaine de produits Label rouge, AOP ou IGP.

Pour des agneaux label rouge par exemple, le temps maximum d’attente de l’animal vivant à l’abattoir, passe ainsi de 24 à 48 heures. Et ce n’est pas sans conséquence sur la qualité de la viande selon l’ancien chef étoilé Arnaud Daguin : « c’est dégueulasse pour plein de raisons. Pour eux déjà : c’est complètement immoral de faire souffrir les animaux gratuitement, si j’ose dire. Et pour nous aussi parce que du coup ça fait de la merde. Ca fait de la viande qui n’est pas aussi bonne. Ca fait de l’acide lactique dans les muscles, ça fait des toxines dans les muscles, ça fait du stress. »


Tomme de Savoie surgelée

La viande de veau de lait est elle aussi concernée. Jusqu’à présent le cahier des charges précisait : “Les veaux [de plus de 160 jours] sont écartés afin de garantir une certaine tendreté à la viande. (...) Au-delà de 180 (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi