Froid : quand le corps est en hypothermie

Avec une température corporelle comprise entre 28 et 35 °C, on parle d’hypothermie légère à modérée ; sous les 28 °C, d’hypothermie profonde ; sous les 20 °C, d’hypothermie extrême.  - Credit:ABDESSLAM MIRDASS / Hans Lucas via AFP
Avec une température corporelle comprise entre 28 et 35 °C, on parle d’hypothermie légère à modérée ; sous les 28 °C, d’hypothermie profonde ; sous les 20 °C, d’hypothermie extrême. - Credit:ABDESSLAM MIRDASS / Hans Lucas via AFP

Le 14 septembre 2022, des alpinistes découvraient les corps, gelés et inanimés, de deux randonneurs dans les Pyrénées espagnoles, à 2 500 mètres d'altitude. Les victimes, un couple d'une soixantaine d'années expérimenté, ont été transférées à l'hôpital de Barcelone, mais n'ont pas pu être sauvées. À leur arrivée aux urgences, leur température interne était tombée à 16 °C seulement – une hypothermie trop importante pour être viable.

Ce dénouement tragique rappelle que l'hypothermie peut surprendre même les plus sensibilisés au risque et que le froid est, littéralement, mortel. Comment peut-on être victime d'un tel coup de froid ? Quels dommages l'hypothermie inflige à notre corps ? Quels sont ses signes précurseurs ?

Chaudière interne

Nous ne sommes, heureusement, pas entièrement démunis face au froid. Notre corps fonctionne de façon optimale à une température donnée, mais dispose de techniques pour se chauffer et limiter les pertes.

Notre température corporelle idéale se situe aux alentours de 36,6 °C. C'est le niveau auquel les cellules se développent au mieux, leurs protéines (enzymes, etc.) sont au pinacle de leur efficacité, comme leurs mitochondries – leurs usines énergétiques. Tous ces mécanismes constituent le métabolisme interne, et notre précieuse chaleur provient de son fonctionnement.

Mais cette chaleur interne peut facilement être perdue, et ce de quatre façons principales :

  • par « rayonnement », au niveau de la surface de la peau (la plus importante [...] Lire la suite