La fripe en Afrique, un marché qui fait vivre des dizaines de milliers de familles

franceinfo Afrique avec agences
En 2018, la France a exporté 130 000 tonnes de vêtements usagés, dont près de la moitié vers l'Afrique, son premier "marché".

Chque Français se débarrasse en moyenne de 12 kg de vêtements chaque année. La moitié, inutilisable, est recyclée en chiffons ou incinérée. Après avoir été collectés et triés en fonction de leur qualité, les plus beaux lots sont revendus sur le marché français. Le reste se retrouve en Afrique par conteneurs entiers. Ces fripes habillent aujourd'hui une bonne partie des Sénégalais, Burkinabè, Togolais ou encore Malgaches et elles font vivre une multitude de petits revendeurs locaux.

La plupart des acteurs du secteur sont des associations à vocation sociale : le Secours catholique, la Croix-Rouge, l’Association des paralysés de France ou encore le Relais, entreprise de collecte de vêtements et de réinsertion proche d’Emmaüs.

Du Sénégal à Madagascar, on porte de la fripe dans tous les milieux sociaux, des plus démunis, qui s’habillent ainsi à bon marché, aux plus inventifs qui souvent revisitent ces vêtements. Des habits "customisés" ou juste remis en état qui, parfois, reviennent en France distribués dans les boutiques branchées.

Sur le marché de Colobane, plus grand marché de la fripe de Dakar, on trouve des vêtements venus de toute l’Europe, et même du Canada et des Etats-Unis, gros exportateur de vêtements de seconde main.

Une économie circulaire avec des milliers d'emplois à la clé

Au Sénégal, les grossistes (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi